Psychothérapeute IntégrativeNutrition et Troubles du Comportement Alimentaire – Sexothérapie

Il vaut mieux pas trop se « miner » dans la vie, sous peine de se miner la santé : Face à une situation stressante, le mieux est de garder son calme et poursuivre comme si de rien n’était. C’est ce que conseille en tous cas cette étude de la Penn State qui montre qu’une réponse positive ou à défaut non négative au stress, peut jouer un rôle clé dans la santé à long terme. Les conclusions, présentées dans la revue Health Psychology de l’American Psychological Association, rappellent que si la réponse inflammatoire fait partie de la capacité du corps à se protéger par l'intermédiaire du système immunitaire, lorsqu’elle devient chronique, peut contribuer à accroitre le risque d’obésité, de maladie cardiaque et de cancer.

Cette étude de la Penn, menée auprès de 872 adultes participant à la cohorte Midlife in the United States Study - dont l’objectif est de mieux cerner les facteurs de bonne santé et de bien-être à l’âge adulte-, a évalué leur stress quotidien et leurs réactions émotionnelles sur 8 jours consécutifs. L’analyse de ces données a permis d’aboutir à un score de de réactivité face au stress. Etaient pris en compte l’ensemble des événements stressants du quotidien, travail, à l'école ou à la maison y compris les événements stressants rencontrés par des proches. 
Des échantillons de sang des participants ont été testés pour 2 marqueurs inflammatoires.
Les chercheurs ont examiné à la fois les réactions affectives positives et négatives au stress et comparé les effets de ces 2 types de réponses aux facteurs de stress. L’analyse constate que,
· les participants qui ne parviennent pas à maintenir une humeur ou un état d’esprit positif face aux facteurs de stress de la vie quotidienne présentent des niveaux généraux plus élevés d’inflammation. Les femmes notamment, précisent les auteurs.
· Les participants qui parviennent à réagir par des réponses positives en termes d’humeur aux facteurs de stress dans la vie quotidienne présentent de meilleurs niveaux de biomarqueurs d'inflammation.

Si la réponse inflammatoire fait partie du processus normal, positif et constructif de l’organisme pour se protéger et se préparer, l'inflammation chronique de long terme est néfaste pour la santé et peut favoriser le développement de nombreuses maladies chroniques, notamment cardiaques, métaboliques mais également neurologiques.

Un bon point pour l’affect positif : Les conclusions apportent aussi une nouvelle preuve des contributions d’un l'affect positif dans les processus de stress. Un sujet un peu négligé par la littérature scientifique, alors que les émotions positives peuvent réellement aider les gens en cas de stress, conclut l’auteur principal, Nancy Sin, du centre for Healthy Aging and Department of Biobehavioral Health de l’Université.

Source: Health Psychology 2015; DOI: 10.1037/hea0000240 Affective Reactivity to Daily Stressors Is Associated With Elevated Inflammation